RSS
 

Posts Tagged ‘Orgasme’

Un peu de culture : l’orgasme féminin.

20 mar




 

Orgasmes

06 oct

Orgasme…

Tout savoir sur l’orgasme masculin.

L’orgasme représente pour l’homme à la fois le point culminant du plaisir sexuel et le sentiment de libération procuré par l’éjaculation, celle-ci se produisant en général pendant ou à la fin de l’orgasme. Cette sensation intense très agréable tant physiquement que mentalement survient au cours du rapport sexuel, pendant la masturbation ou même parfois inopinément durant le sommeil.
Les manifestations extérieures.

Certains signes peuvent aider les femmes à identifier un orgasme imminent: rougeurs, sueurs, tremblements, verge plus dure peuvent constituer les premiers indices. D’autres manifestations passent plus rarement inaperçues : halètements, gémissements, grognements ou même cris exubérants. Ne soyez pas pour autant inquiètes ou vexées s’il se tait : un homme peut très bien avoir un orgasme en silence.

Les facteurs jouant sur l’intensité de l’orgasme.

Facteurs diminuant le plaisir : une éjaculation rapide arrive souvent après une période d’abstinence prolongée et peut rendre la chose moins agréable. Il peut être utile de se masturber d’abord avant le rapport sexuel.
Facteurs augmentant l’intensité de l’orgasme : en se concentrant sur la chose, en ne laissant pas son esprit vagabonder, le plaisir est souvent décuplé. Si la femme est active, elle mènera son partenaire plusieurs fois au bord de l’orgasme, en stoppant toute stimulation, avant de le laisser enfin éjaculer. Pour certains, une fellation (en stimulant le frenulum) peut rendre l’orgasme plus aigu et plus long
Les étapes de l’orgasme.

Pendant la phase d’accumulation, les organes génitaux internes se contractent : épididyme, canal déférent, prostate, vésicules séminales, glandes périurétrales. Ce sont ces 4 ou 5 contractions qui se produisent généralement toutes les 0,8 seconde, qui provoquent l’accumulation du sperme dans l’urètre . L’éjaculation est provoquée par une activité musculaire involontaire : la contraction des muscles striés.
L’homme jouit-il avant, pendant ou après l’éjaculation ?

En fait, il commence à éprouver des sensations très agréables avant que le sperme ne soit monté vers l’urètre et éjaculé. Parfois, c’est une série de petits orgasmes qui aboutit à l éjaculation. Les sensations orgasmiques peuvent même s’intensifier, puis décroître au moment même où l’homme éjacule. Elles peuvent aussi être ressenties après l’éjaculation. Mais c’est souvent une éjaculation puissante qui procure le plus de plaisir.

Et après ? Post coïtum animal triste ?

Après l’orgasme, ou plus précisément après l’éjaculation, l’homme entre dans une phase de récupération appelée la période réfractaire. Il lui est impossible d’avoir une autre érection, donc un autre orgasme ou une autre éjaculation. Mais on parle de plus en plus de période de latence : cette expression suggère mieux le caractère momentané de ce repos. En fait, la plupart des hommes se sentent détendus et s’endorment assez vite. Mais les femmes aiment aussi qu’ils soient tendres, ou qu’ils recommencent.

Les Idées Reçues.

Ce n’est plus un scoop : la femme n’est plus la seule à simuler. L’homme aussi peut jouer la comédie. Les orgasmes des hommes ne sont pas automatiques et inévitables. Un rapport sans orgasme n’est donc pas un fiasco. On peut prendre aussi beaucoup de plaisir avant, ou même en retardant la pénétration. Ce n’est pas non plus le fait d’avoir un orgasme simultané (homme et femme jouissant en même temps) qui rend nécessairement le rapport sexuel satisfaisant. Chercher à tout prix à synchroniser les orgasmes peut même empêcher de se concentrer et de prendre du plaisir.
Orgasme et éjaculation ne sont pas des synonymes. Un homme peut jouir sans éjaculer. Il peut en effet éprouver un orgasme, alors que le sperme est refoulé dans l’urètre. L’orgasme sans éjaculation peut aussi faire l’objet d’un apprentissage: c’est le « coïtus reservatus » qui permet à l’homme de ressentir des orgasmes multiples.

Tout savoir sur l’orgasme feminin.

1 – En quoi consiste t’il?

Un réflexe
A la suite d’une stimulation (stimulation génitale ou extra-génitale, sensations érotiques intenses), le cerveau envoie un message qui traverse la colonne vertébrale et provoque une série de contractions rythmiques de la région interne du premier tiers du vagin, de l’utérus et de la région anale. Trois groupes musculaires entrent donc en jeu: le releveur de l’anus; les muscles bulbo-caverneux; le sphincter strié de l’urètre et le constricteur de la vulve.

A quel moment ?

L’orgasme se produit au terme de la phase de plateau : quand l’excitation s’intensifie et que la tension sexuelle et musculaire augmente. Le premier tiers du vagin se gonfle et resserre l’ouverture, les deux tiers du fond du vagin s’arrondissent. Le clitoris se presse contre l’os du pubis, et les petites lèvres deviennent plus foncées et plus épaisses. Si rien ne vient perturber le processus physiologique (téléphone, bébé qui pleure…), l’orgasme peut alors se produire. La femme peut aussi connaître des orgasmes nocturnes, qui n’ont pas forcément lieu pendant des rêves à caractère sexuel.
Durée et intensité.
L’orgasme lui-même ne dure souvent que quelques secondes : il peut y avoir de 2 à 3 contractions musculaires, distantes l’une de l’autre de moins d’une seconde. Si toutes les femmes passent par les mêmes phases, en revanche l’intensité de l’orgasme varie considérablement d’une femme à l’autre… et même d’une fois à l’autre chez la même femme. Chez certaines, des sensations agréables peuvent être ressenties dans le clitoris, et peuvent s’étendre à tout le pelvis. Les contractions musculaires peuvent aller d’une simple palpitation de la zone génitale à une secousse du corps entier.

Qu’est-ce qui peut jouer sur l’intensité ?

Les facteurs jouant sur l’intensité de l’orgasme sont d’ordre physiologique (fatigue, stress) et / ou psychologique (humeur du moment, sentiments éprouvés pour le partenaire). Pour certaines, c’est le sexe oral (fellation ou cunnilingus) qui permet de parvenir aux orgasmes les plus agréables et les plus puissants. Il peut y avoir 3 ou 4 spasmes, parfois suivis par de petites contractions plus espacées… surtout si le partenaire continue à lécher doucement. Pour d’autres, les orgasmes les plus puissants sont obtenus par la masturbation… mais ils peuvent aussi être très intenses pendant le rapport sexuel, alors messieurs, ne stoppez pas la stimulation du clitoris, même pendant l’orgasme.

Les signes révélateurs de l’orgasme .

Pendant l’orgasme, des changements peuvent apparaître dans les expressions du visage. La femme peut aussi proférer des sons involontaires : gloussements, rires, grognements, cris… si elle ne fait pas de bruit, elle ne pourra sûrement pas s’empêcher de haleter, de pousser de petits soupirs. Elle peut aussi avoir les jambes qui tremblent, devenir plus faible, ou sembler brièvement déconnectée : elle n’a pas perdu conscience, mais se concentre sur ces sensations agréables, liées à un sentiment d’abandon. Parfois, c’est tout le corps qui se contracte à chaque spasme
Juste après l’orgasme, une rougeur peut apparaître sur la poitrine et sur les épaules… pendant un bref instant. Mais le signe le plus révélateur est certainement le degré de sensibilité des organes génitaux.

Quelques chiffres.

Quand a lieu le premier orgasme? Pour 23 % des femmes, avant 25 ans; pour 90 % avant 35 ans. Une femme sur deux pense qu’il est important d’avoir un orgasme au cours d’un rapport sexuel. C’est à 40 ans que les femmes sont le plus épanouies. Elles sont plus susceptibles d’atteindre facilement l’orgasme grâce à une meilleure expérience sexuelle et une bonne connaissance de leur propre corps.

2- Les différents types d’orgasme : Clitoridien ou vaginal ?

Le clitoris et le vagin sont deux zones de stimulation capables de provoquer le plaisir orgasmique.
L’orgasme clitoridien est plus aigu. Grâce à la masturbation, la femme peut y parvenir en quelques minutes. La stimulation du clitoris tend à produire des orgasmes plus intenses. La sensation éprouvée est très puissante. Cet orgasme met en jeu les muscles pelviens et abdominaux.

L’orgasme vaginal : c’est, selon Freud, l’orgasme « adulte et supérieur », (contrairement à l’orgasme clitoridien, « infantile et inférieur »). Comme les parois internes du vagin ont des terminaisons nerveuses, un tiers des femmes affirment qu’elles peuvent avoir un orgasme de cette façon. La stimulation du point G pourrait conduire à un orgasme profond. Des sensations de vagues de chaleur inondent tout le corps.
Chez certaines femmes, c’est l’éjaculation qui provoque l’orgasme : les contractions du vagin sont provoquées par la prostaglandine, une substance contenue dans le sperme.

Clitoridien ET vaginal !

Il semble qu’il n’y ait pas d’orgasme en fait strictement clitoridien. Mais la stimulation vaginale à elle seule ne suffit pas non plus, pour la plupart des femmes, à produire un orgasme. Une femme n’est pas clitoridienne ou vaginale, mais les deux à la fois. Selon Masters et Johnson, il n’y a en fait qu’un type d’orgasme, provoqué par la stimulation du clitoris et se traduisant par des contractions du vagin. Pour d’autres, il faudrait un orgasme clitoridien préalable pour parvenir à un orgasme vaginal. C’est en fait la stimulation prolongée du clitoris qui finit par provoquer des contractions de la plate-forme vaginale. Ce réflexe clitoris vaginal provoque un orgasme superficiel. L’orgasme dit profond se traduit par des contractions utérines régulières, et procure un sentiment de détente. Les deux types d’orgasmes peuvent se produire de façon simultanée ou successivement.
Les orgasmes multiples .

Si la stimulation et l’intérêt sexuel se prolongent par l’orgasme, certaines femmes (une sur dix) peuvent avoir une série d’orgasmes les uns à la suite des autres. Comme les femmes mettent plus de temps à atteindre l’orgasme, elles restent plus longtemps dans la phase de plateau, et peuvent replonger dedans. Contrairement à l’homme, elles ne connaissent pas de période réfractaire et peuvent donc prolonger le plaisir beaucoup plus longtemps. Elles peuvent ainsi avoir 5, 10, voire 20 orgasmes au cours d’un même rapport sexuel. Mais les orgasmes multiples ne sont pas pour autant liés à la satisfaction sexuelle. En avoir ne devrait pas être un but en soi : en fait, beaucoup de femmes trouvent même que la stimulation des parties génitales après l’orgasme n’est pas agréable, voire douloureuse.

3 – Les idées reçues sur l’orgasme

Ce n’est pas la durée de la pénétration qui permet à la femme de parvenir à l’orgasme. D’ailleurs, la pénétration n’est pas la seule forme de sexualité… et elle est souvent insuffisante pour provoquer l’orgasme à elle seule. Trois femmes sur quatre ont besoin d’un stimulation directe de leur clitoris, par des caresses buccales, ou par la masturbation, pour avoir un orgasme. Certaines femmes doivent avoir une stimulation des seins : cela augmente la production de l’hormone ocytocine, qui elle-même provoque la contraction des muscles de l’utérus.
Ne pas parvenir à l’orgasme à chaque rapport sexuel n’est pas synonyme d’échec. 40 % des femmes qui ne parviennent pas à l’orgasme à chaque rapport se disent pourtant tout à fait satisfaites de leur sexualité. La satisfaction sexuelle d’une femme ne dépend pas du nombre de ses orgasmes. Les orgasmes multiples, et les orgasmes simultanés ne devraient pas être le but à atteindre. Le contrôle et la volonté d’être synchros empêchent au contraire de vous abandonner au plaisir. Les femmes peuvent avoir un orgasme sans éprouver de plaisir.
Sachez que l’orgasme rend la peau éclatante, améliore le tonus de tout le corps, et a aussi des effets positifs sur le plan cardiovasculaire.
L’intensité de l’orgasme n’est évidemment pas proportionnelle à celle des gémissements et des gesticulations qui l’accompagnent.

Un dernier scoop : L’orgasme aurait une fonction plus utilitaire que le simple plaisir. Une femme éprouverait le désir d’avoir un orgasme à chaque fois que son corps juge que cela peut optimiser ses chances de fécondation. Schopenhauer aurait parlé de ruse de l’espèce. La sexualité ne viserait qu’à transmettre notre capital génétique. D’ailleurs, les femmes qui ont un orgasme expulsent moins de spermatozoïdes dans la demi-heure qui suit l’insémination. Les spermatozoïdes sont ainsi plus nombreux à passer du vagin au canal cervical et à l’utérus.