RSS
 

Posts Tagged ‘Fessée’

Art de vivre : semaines paires …

28 juin

N’ayant pas de réelle préférence entre la dominance et la soumission, ayant déjà une organisation en fonction des semaines pour d’autres parties de nos vies c’est en toute logique que nos rôles de soumis et de dominants ont été partagés de la même façon.

Voici à quoi ressemble les semaines paires :

 
No Comments

Posted in BDSM, Erochic

 

Jeu sexy spank 2

17 mai

Pour jouer en plein écran cliquez ici.

 
1 Comment

Posted in Erochic

 

Jeu sexy spank 1

17 mai

Pour jouer en plein écran cliquez ici.

 
1 Comment

Posted in Non classé

 

Natalie donne la fessée à Amber.

10 mai

 
No Comments

Posted in Non classé

 

F COMME FESSEE …

26 oct

Dans les pratiques BDSM, c’est la fessée qui arrive en première position.

Si, certainement le bondage est celle qui attire le plus d’intérêt de par son indéniable esthétisme et sa dimension quasiment « philosophique » : art de la contrainte pour l’un, matérialisation du « lien d’attachement amoureux et cérébral » pour l’autre, il n’en demeure pas néanmoins que réaliser un bondage (un vrai, pas deux cordes qui retiennent une ignorante néophyte à une chaise) n’est pas à la portée du premier venu. La fessée si, ou tout au moins les erreurs sont moins évidentes?

J’ai pour cette pratique moi-même un regard tout empreint de bienveillance. Cette fessée que j’aime, donnée à la main, est avant tout un contact physique à l’égal d’une caresse?

C’est aussi une bien tendre prise de contact lorsque nous débutons « le grand jeu » avec mon partenaire aimé, parce que mine de rien, cette fessée est avant tout un hommage à mes fesses, cette partie si ronde et si douce de ma personne.

Et puis une fessée même vécue avec tout le sérieux et toute la concentration du monde, c’est encore un rappel à nos vieux loups-garous d’enfance? un clin d’?il que se lanceraient à travers des décennies le fesseur redevenu petit garçon et la fessée avec sa malice d’ex-petite fille.

Fesser n’est cependant pas comme il peut sembler une pratique anodine. Cela demande et des connaissances et comme toujours une bonne écoute de l’autre même lorsqu’il parle avec sa peau. Il faut commencer très doucement, juste comme pour « chauffer » la zone, veiller à ne pas plus « gâter » une fesse qu’une autre puis adopter progressivement un rythme intensif proche de celui des percussions qui viendra précisément déclencher le plaisir (car là, il s’agit bien du plaisir physique ) de la personne fessée?Ah ! Mes fesses sous la main de M. !!!

Et toujours entrecouper de caresses les coups portés pour donner à cette « cérémonie » toute son empreinte affective?

Et même si cela enlève un peu du rêve, occasion pour le fesseur de « prendre la température » et de s’assurer de la bonne réaction de l’épiderme auquel il « s’adresse ».

Autre chose encore à savoir : toute la fesse n’est pas apte à subir la fessée sans dommage : les rondeurs, le pli, le haut des cuisses s’atteignent en toute innocuité, il n’en est pas de même pour le côté en haut des fesses? Un seul coup trop vite parti, mal ajusté, reçu lourdement peut assurer une sciatique à celle qui y est sujette.

Vous le voyez, comme toujours rien n’est sans risque et mieux vaut être sûre des mains auxquelles on se confie?.

Terminons par une note souriante : le mauvais fesseur paie parfois lui-même les conséquences de son manque de pratique?

Autrefois, mon tout premier compagnon (vous savez, celui qui ne m’appréciait qu’en public) me demanda de donner une fessée à un jeune homme quémandeur. J’eus la bêtise de le faire sans goût et sans plaisir, en veillant à taper doucement, au point de rosir légèrement seulement les fesses de ce jeune garçon blond?.

A la fin, il s’en fut, me complimentant.

??????

Moi, pour ce « peu de choses « , j’eus pendant quasiment une semaine l’intérieur des mains violet d’hématomes.

!!!!!!!!

Un bon fesseur sachant fesser ne fesse jamais sans? Quoi donc ? Rires !

Je ne vous ai parlé que de ce qui constitue pour moi l’essence de la fessée BDSM, de la fessée érotique, c’est à dire celle à mains nues.

Il arrive aussi que certains utilisent des instruments (paddles : sortes de tapettes de cuir ou même raquettes de ping pong) . Pas mon truc?

Certains parlent de fessée au martinet. Pour moi, là, on déborde la frontière du royaume de la fessée pour entrer dans celui de la flagellation?Et ce mot-là, c’est pour une prochaine fois…

PS: A la fin, la peau est rouge, chaude, brûlante parfois mais d’une incroyable douceur…

Des fesses de … bébé!

En revanche, même avec ce traitement-là, toujours rien à faire pour la cellulite!

Source : http://auroraweblog.karmaos.com/post/102


 
1 Comment

Posted in Non classé

 

Fessée ………

19 oct

La fessée est une petite tape que l’on peut donner sur la fesse de son partenaire pendant l’acte. Elle peut se pratiquer de plusieurs façons, avec divers accessoires, et dans le cadre de différents scénarios. Cette pratique peut se montrer très excitante.

La fessée est un châtiment corporel consistant en une série de claques ou de coups administrée sur les fesses à main nue ou à l’aide d’un instrument. Utilisée pour punir les enfants, la fessée est appréciée par certains adultes dans le cadre de leurs jeux sexuels.

La fessée, pratique sado-masochiste ?

Elle est également une pratique érotique, parfois classée dans les perversions sexuelles, qui relève du sado-masochisme. Nombreux sont sans doute celles et ceux qui ont eu envie de donner ou de recevoir une petite tape sur la fesse durant leurs ébats. Lors d’un coït plus intense et plus désinhibant que d’habitude, l’un des partenaires s’emporte un peu et donne une fessée à l’autre, voilà comment tout peut commencer. Certains ont tenté sans réaction particulière de leur partenaire ou tout au pire un refus, et d’autres en ont fait un art de vivre leur relation de sado-masochisme « soft ». Cette pratique est destinée à tous les couples qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

La fessée, une pratique tabou ?

Fessée 2

La fessée est parfois considérée comme un tabou. Les personnes non adhérentes estiment que montrer son derrière est un signe de soumission, comme le fait de donner des tapes est un signe d’autorité.

Mais les adeptes de sado-masochisme ne s’imaginent même pas pouvoir donner une fessée à quelqu’un qu’ils n’aiment pas où n’apprécient pas énormément. On ne fesse pas n’importe qui, n’importe où et n’importe comment. Ces derniers en ont fait un art, aussi bien dans le fait de la donner que de la recevoir.

Il faut tout d’abord se mettre en condition. Si vous ne savez pas si votre partenaire est adepte de ce genre de jeux, vous pouvez toujours essayer par une petite tape sur les fesses habillées, à un moment de la journée et observer sa réaction. Puis quelques jours après, retenter l’expérience et ainsi de suite. Si votre partenaire est d’humeur joueuse et coquine : effeuillez, caressez, palpez, et fessez. Si après ce petite avant gout, votre partenaire est toujours aussi curieux(se), proposez lui un petit scénario. Il faut faire fantasmer l’autre ! Habillez vous en fonction, des cheveux aux chaussures, soyez élégants et sexy. Les yeux de votre partenaire ne brilleront que pour vous. Montrez à votre partenaire que vous la (ou le) désirez, admirez, jouez du regard, caressez, vous êtes prêts !

Une fois entre adultes consentants et prêts à jouer il ne vous reste plus qu’à mettre au point quelques conditions particulières. Il faut là aussi se mettre d’accord sur quelques petits points avec son partenaire avant la séance.

  • La durée : tous les partenaires ne sont pas résistants de la même manière. La séance peut se contenter de quelques fessées tout comme pour les plus endurants, elle peut durer plusieurs heures.
  • Le pourquoi : par curiosité, par fantasme ou par « jeu de la punition » par exemple.
  • Le comptage : en guise de fessée « punition » surtout, le dominateur annonce le nombre de fessées et peut obliger son (ou sa) soumis(e) à compter à haute voix et si c’est loupé : on recommence du début !
  • « Le safe word » : ce mot est établi comme un accord au préalable entre les deux partenaires. Quand il est prononcé, il signifie que la personne soumise désire s’arrêter là ou tout au moins est arrivé à sa propre limite.
  • Les pauses : elles sont nécessaires surtout en cas de séance prolongée. Elle permettent à la personne soumise de retrouver son amour qui est son bourreau pendant la séance.
  • L’après : c’est le moment des câlins où l’on apaise la chaleur des fesses toutes rougies en les caressant, les massant avec de la crème apaisante, des mots doux voire même des baisers.

  • Les positions pour pratiquer une fessée

    Fessée 3

    Pour une fessée, il faut trouver une position adéquate et confortable qui conviendra aux deux partenaires. Elle dépendra également de l’accessoire utilisé.
    La position la plus communément adoptée est le partenaire qui sera fessé est allongé sur les jambes du fesseur. De cette manière celui (ou celle) qui se soumet met ses fesses à disposition tout en étant bien installé(e). Le choix de positions est vaste :

    • Le partenaire soumis à quatre pattes, le dominateur sur le côté ou derrière elle.
    • Le dominateur assis à terre, le soumis allongé en travers de ses jambes.
    • Le soumis debout, mains sur la tête, le dominateur derrière ou de côté.
    • Le soumis courbé sur une table, pieds à terre, bras allongés vers l’avant, tête sur le côté.
    • Le soumis courbé sur le bras d’un fauteuil, le dominateur assis à côté ou derrière elle.
    • Le soumis à genoux, le buste sur un divan ou le lit, le dominateur de côté ou derrière.
    • Le soumis allongé sur le ventre, le dominateur à califourchon sur son dos, à l’envers, faisant face à ses fesses.
    • Le soumis menottes aux poignets, le dominateur de côté, tenant les menottes d’une main.
    • Le soumis allongé sur le lit, le haut du corps en dehors, mains reposant sur le sol.
    • Les deux sont debout. Le dominateur maintient le soumis sous son bras.
    • Le soumis à genoux sur un divan, droite et les mains reposant sur le dossier du divan.

    Vous l’aurez bien compris, il faut juste un peu d’imagination et un minimum de confort et le tour est joué ! Les positions ci dessus sont proposées entre deux partenaires d’un couple hétérosexuel ou homosexuel. L’homme peut très bien fesser la femme et inversement. Rien n’est figé, tout est possible.


    Les accessoires avec lesquels donner une fessée.

    Fessée 1

    Les accessoires sont également possibles. ils permettent de varier la fessée. Le choix est grand et se fait en fonction des envies de chacun, de la position dans laquelle se trouvent les partenaires et la capacité à endurer de celui (ou celle) qui est fessé(e). On trouve :

  • La main : simple, pratique et efficace. Utilisable dans toutes les positions. La première fessée commence généralement comme cela.
  • Le paddle ou tapette : très utilisé en jeux sado-masochistes, il est pratique et agréable d’utilisation. Il est constitué de deux languettes de cuir séparée en son milieu. Il mesure entre 30 et 50 centimètres de long. Il peut chauffer les fesses tout en douceur mais peut s’avérer plus tonique selon la manière dont il est utilisé.
  • Le martinet : il se présente sous forme de plusieurs lanières maintenues par un manche. Il peut y avoir de 4 à 100 lanières environ et de longueurs différentes. Il sert à fouetter son partenaire. Mais il est plus impressionnant qu’il n’est douloureux et peut aussi délicieusement servir à caresser sa (ou son) partenaire sur l’ensemble du corps.
  • La cravache : Plus ou moins longue (entre 45 et 80 centimètres), elle possède une souplesse différente selon les modèles. Il en existe avec un manche en métal ou en cuir et on peut la trouver possèdent une tapette en forme de main ou de coeur. La cravache a la particularité de procurer une douleur assez vive et franche grâce à son côté tranchant du à la finesse de l’objet.
  • Le fouet : se présentant comme le grand frère du martinet avec un manche recueillant plusieurs lanières ou une unique, il est facilement reconnaissable par sa longueur qui peut avoisiner les deux mètres. C’est un accessoire de domination ultime car le dominateur se trouve loin de son ( ou sa) partenaire et est donc largement soumis(e). A utiliser avec beaucoup de prudence et de précaution car une fois lancé il peut faire très mal. Il est très difficile de l’arrêter dans son élan.
  • La badine : qui est une canne en bois ou une tige de bambou. La douleur est très violente. Cependant l’acessoire est parfait pour jouer à « l’ancien(ne) maître(sse) d’école et son élève indiscipliné(e) ».
  • Des objets divers : que tout le monde possède chez soi et qui permettent de faire connaissance sans gros investissement avec l’art de la fessée. Il s’agit tout bêtement d’une tapette à mouches, d’une planche à découper ou plus communément, d’une ceinture en cuir. Elle est généralement très appréciée par ces dames par sa représentation de la masculinité et de la virilité. Il est bien sûr hors de question de taper avec la boucle, le but n’étant pas de blesser.

  • La fessée, juste pour essayer.

    La séance peut très bien s’arrêter là ou donner suite à un rapport sexuel. Voilà une manière de vivre sa sexualité un peu différemment. C’est simplement une façon d’ajouter un peu de piment et de jeu. A la prochaine envie de découverte commune à votre partenaire, pourquoi ne pas tenter l’expérience, sans aprioris, juste pour essayer ?

     
    No Comments

    Posted in Non classé

     

    La fessée de Cyndi

    22 juil
    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
     
    No Comments

    Posted in Non classé