RSS
 

Archive for the ‘Citations, Expression, Proverbes et Vocabulaire …’ Category

La Saint-Valentin est la fête la plus tématique qui soit

03 fév

L’usage de la célébration du 14 février en l’honneur de tous les amoureux prend ses racines  dans les Lupercales de la Rome antique.

L’endroit où, selon la légende, la louve a allaité Romulus et Rémus, futurs fondateurs de Rome, était sacré. Les Lupercales (du latin « lupa » – une louve) sont des fêtes annuelles célébrées à Rome par les luperques du 13 au 15 février, pendant lesquelles on sacrifie des animaux, surtout des boucs. La peau des animaux était coupée en pagnes. Les jeunes hommes prenaient ces pagnes et allaient dans la ville pour fesser les femmes.  Les héros principaux des Lupercales étaient notamment ces jeunes hommes avec des pagnes en cuir de bouc à la main, qui allaient nus dans les rues de Rome et fessaient les jeunes filles et les femmes qu’ils rencontraient. Les femmes sortaient dans les rues par exprès et s’exposaient volontairement à la fessée, puisqu’elles croyaient que la fessée les rendrait fécondes et faciliterait les couches.

Il est à noter qu’en ce temps-là, la mortalité infantile était élevée. En 276 avant J.-C. la population de Rome a failli s’éteindre en résultat du taux élevé de  mort-nés et de fausses couches. L’oracle a annoncé que le rite de la punition corporelle (de la fessée) des femmes à l’aide du cuir sacrifié allait augmenter le taux natalité. On croyait que les gens qui avaient peu d’enfants ou n’en avaient pas du tout étaient maudits et accouraient à des rites mythiques pour retrouver leur capacité à la procréation.

La fessée des femmes est devenue très populaire à Rome, même les membres des familles nobles y prenaient part. Les notices disent que même Marc Antoine y prenait part. A la fin de la fête, les femmes se déshabillaient complètement.

Les fêtes des Lupercales se terminaient par une loterie. Les filles-adolescentes écrivaient leurs prénoms sur des feuilles de papier et les mettaient dans une grande urne, après les hommes les en retiraient. La fille dont le prénom était écrit sur la feuille retirée de l’urne devenait le partenaire sexuel de cet homme pour toute l’année suivante. De la sorte, les fêtes étaient associées à l’amour libre et au sexe.

En 494, le pape Gélase Ier interdit cette fête païenne. Il choisit la saint Valentin comme saint patron des fiancés et des amoureux et il décrèta que cette date (le 14 février) lui serait consacrée. Les fêtes des Lupercales ont disparu, néanmoins les fêtes des Lupercales et le jour de la Saint-Valentin ont beaucoup en commun.

La Saint-Valentin est la fête la plus tématique qui soit.

 

L’herbe du pré d’à-côté est toujours plus verte…

07 oct

See on Scoop.itErochic

L’herbe du pré d’à-côté est toujours plus verte

Ce proverbe qui donne la parole à l’âne mis au pâturage est d’une grande sagesse. Il manifeste que l’on n’est jamais satisfait du pré dans lequel on a été envoyé paître. L’herbe du pré d’à-côté paraît toujours plus verte, pous appétissante, plus fraîche. Sans doute parce que l’on ne la connaît pas. Sans doute aussi parce que l’on se focalise sur les inconvénients que l’on a dans son propre pré et que l’on ne voit que les avantages de l’autre.
Or, si c’est peut-être vrai, l’âne a pu oublier qu’un pré ce n’est pas que de l’herbe, c’est aussi l’abreuvoir avec sa quantité d’eau et la fréquence de son renouvellement, c’est aussi l’arbre sous lequel il pourra se mettre lorsque les rayons du soleil se feront ardents en plein été, ce sont les autres qui ont été mis dans le même pré que lui…
Ainsi en est-il dans la vie quotidienne, On n’est jamais satisfait de la totalité des paramètres qui constituent notre vie. Au travail, on peut se plaindre de son salaire, de l’ambiance, d’un ou de plusieurs collègues, de la distance pour s’y rendre, des conditions de retraite, … Dans un couple, on trouve toujours chez un autre ce que l’on ne trouve pas chez son conjoint : une forme d’intelligence, un style d’humour, une disponibilité, des valeurs, une santé, une belle-famille, …
La maturité consiste à avoir compris que si l’on passait dans le pré d’à-côté, on perdrait des choses au profit d’autres. Ayant compris cela, on peut faire le deuil de ne pas avoir tous les avantages… et de ne pas apporter non plus que des avantages (chacun de nous a aussi des limites, personne n’est louis d’or pour tout le monde). Bien souvent, ceux qui ont beaucoup “bougé” s’aperçoivent “qu’au début, ce n’était pas si mal”.
Sage est celui qui trouve son bonheur dans ce qu’il a.

Mad’moiselle A.

Erochic.fr

See on erochic.tumblr.com

 

Avoir la tête dans le cul …

08 sept

[ EXPRESSION ]
« Avoir la tête dans le cul »

[ SIGNIFICATION ]
Être très mal réveillé.
Ne pas se sentir bien, un lendemain de veille ou de fête.

[ ORIGINE ]
Voilà une expression d’une finesse rare !
Ce qui veut dire que l’explication ne pourra pas vraiment faire dans la délicatesse. Si vous avez moins de 18 ans ou êtes choqué par certains détails de l’anatomie humaine, merci de vous cacher les yeux avant de la lire.

Cette expression est très récente. Elle serait apparue à la fin du siècle dernier sans que sa source semble vraiment connue.

Contrairement à ce que certains pourraient croire, il n’est pas question d’aller mettre sa tête dans l’arrière-train du voisin, même si le résultat serait identique quant à la perception de l’entourage. Sans compter que, pour commencer, il faudrait trouver un voisin consentant, ce qui est peu probable.

Non, ce qui est évoqué ici, c’est bien une auto-intromission impossible (Lien externe) car elle nécessite à la fois une souplesse rare (photo ici Lien externe) et une extrême capacité de dilatation de l’orifice visé.

Une chose semble sûre (mais je ne l’ai pas personnellement vérifié et je n’ai pas planifié cela à court terme, ayant quelques bricoles plus urgentes sur le feu), c’est qu’une fois la tête là-bas dedans, la vue doit être ‘légèrement’ brouillée et la perception des sons plutôt étouffée et déformée, exactement comme quand on a du mal à refaire surface, ce qui suffit à expliquer pleinement la métaphore.

Mais, plus simplement, peut-être n’y a-t-il dans cette expression qu’une allusion à ces animaux qui, lorsqu’ils sont endormis, sont en boule, la tête dans le cul ?

Cette publicité vous ennuie ? Pour la faire disparaître, inscrivez-vous, c’est gratuit !

[ COMPLEMENTS ]
Pour ceux qui sont claustrophobes, il y a la variante « avoir la tête dans le gaz » (sans que l’on sache si, pour rester en dessous de la ceinture, il s’agit de gaz intestinal) et pour ceux à qui le cochon n’est pas interdit, on peut aussi dire « avoir la tête dans le pâté ».

[ AILLEURS ]
Tout savoir sur cette rubrique

Pays / Région Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne
Proposé par Katalin1
Einen Kater haben Avoir un… (Kater = déformation de Katarrh, rhume)
Canada (Québec)
Proposé par eureka
Avoir les yeux dans la graisse de binnes
Chili
Proposé par RheaSylvia
Andar con la caña Être avec la canne
Espagne
Proposé par VictorPerez
Tener resaca. Avoir du ressac.
États-Unis
Proposé par tomd67
To get up on the wrong side of the bed. Se lever au côté mauvais du lit
États-Unis
Proposé par djweaverbeaver
To feel like shit Se sentir comme la merde
France (Dordogne)
Proposé par GenteGouyat24
Etre embourriné Avoir la tête pleine de bourris (c’est un mélange de poussières, de graines de foin que l’on trouve en balayant une grange ou un grenier).
France (Franche-Comté)
Proposé par eureka
Avoir les grillots
Italie
Proposé par AltaMarea
Avere la testa nel pallone Avoir la tête dans le ballon
Pays-Bas Spijkers in je kop hebben Avoir des clous dans la tête
Perou Sentirse hasta el culo Se sentir jusqu’au cul
Suisse
Proposé par eureka
Avoir les charpentiers qui se sont mis au travail
Suisse
Proposé par eureka
Avoir mal aux cheveux

Le dictionnaire des expressions françaises décortiquées – Signification, Origine, Histoire, Étymologie, Encyclopédie – Avoir la tête dans le cul.

 

L’anulingus

04 août

L’anulingus

L’anus est une zone érogène de notre corps, aussi bien chez la femme que chez l’homme d’ailleurs. La stimulation de l’anus par des petits coups de langue, l’anulingus, est bien agréable et très excitante.
Cette délicieuse pratique est parfois boudée, car elle touche une zone du corps où se produit la déjection.
Pour une bonne pratique de l’anulingus, une toilette intime est donc indispensable afin de se sentir à l’aise. Vous pouvez aussi prendre une douche à deux et en profiter pour vous caresser sensuellement.

Si votre partenaire vous semble réticent (e), expliquez-lui que ce sont de simples caresses. Dites-lui que vous souhaitez simplement effleurer son anus et que vous vous laisserez guider par lui ou elle. Montrez lui que vous l’aimez et que vous le respectez.

Vous pouvez également lors d’une position 69, d’une fellation ou d’un cunnilingus, en profiter pour vous approcher progressivement de son anus. Soyez doux et peu insistant. Laissez-vous guider par les réactions de votre partenaire.

Le massage érotique est également un bon préliminaire à l’anulingus. Caressez ses fesses. Effleurez-les du bout des doigts, tout en vous rapprochant de l’anus…

Si les caresses sont appréciées et que votre partenaire semble en vouloir davantage, vous pouvez utiliser votre langue pour une pénétration anale ou, si vous préférez, vous pouvez doigter progressivement son anus en ayant pris soin de lubrifier votre doigt avec de la salive, avec les sécrétions de votre partenaire ou avec un lubrifiant. Si votre partenaire est une femme, elle appréciera la double pénétration en utilisant deux doigts, l’un dans le vagin, l’autre dans l’anus. Si votre partenaire est un homme, vous pouvez également lécher ses testicules de temps en temps, tout en le masturbant. Vous pouvez aussi par alternance, lécher son sexe tout en tapotant son anus mouillé…

En conclusion, l’anulingus est aussi agréable pour la femme que l’homme. L’anulingus peut se pratiquer de différentes manières selon les envies de chacun et peut donner envie, avec le temps, d’aller plus loin, et de découvrir les plaisirs de la sodomie.

L’anulingus – Erochic’ soup.

 

Expression : Occupe-toi de tes fesses …

08 mai

mêle-toi de tes affaires, cela ne te regarde pas

Expression (familier)
on dit aussi ce ne sont pas tes oignons

Origine

Chacun est en droit de se demander comment cette plante potagère monocotylédone de la famille des liliacées peut avoir pris le sens métaphorique de « affaires personnelles » dans ces expressions, dont une à la syntaxe très douteuse.
Mais ceux qui se posent cette question, se mettent peut-être le doigt dans l’oeil, car ce n’est peut-être pas vraiment la plante au bulbe multicouches qui est évoquée ici.

Si ces locutions datent du début du XXe siècle, c’est au cours du siècle précédent que « l’oigne », apocope de oignon, désignait en argot aussi bien l’anus ou le cul que les pieds. L’expression « se le mettre dans l’oigne » voulait d’ailleurs dire ‘mépriser’[1].
Quoi de plus étonnant, alors, puisqu’elles existent toujours aujourd’hui, que de voir ici un simple synonyme argotique des expressions « occupe-toi de tes fesses » ou « occupe-toi de tes pieds » (cette dernière venant, selon Claude Duneton, à la fois du danger que pouvaient subir les pieds dans certains ateliers de l’époque et du fait que oigne -ou ogne- désignait aussi l’ongle).

Pour ma part j’adore quand Monsieur F. s’occupe du mien de la sorte :

 

Expression : Croquer la vie à pleines dents …

05 fév

« Croquer la vie à pleines dents »

Autres formulations
- Croquer la vie à belles dents

Signification
- Profiter pleinement de la vie.

Origine
L’expression Croquer (mordre, dévorer) à belles dents » est employée depuis le XVe siècle au sens propre « de bon appétit ». On mort dans la vie de la même manière que nous mordrions dans une pomme bien juteuse…

 

Education artistique, culturelle, pratique et sexuelle …

04 déc

Vocabulaire :Gober …
Étymologie
Du gaulois *gobbo (« bec » → voir gwp, « tête d’oiseau » en gallois, gob, « bouche » en irlandais, gob, « bec » en écossais).
Verbe :/gɔ.be/ transitif 1er groupe

Avaler vivement sans se donner le temps de mâcher.
Gober une huître.
Gober un œuf frais.
(Figuré) Gober des mouches, perdre le temps à attendre, à ne rien faire, à niaiser.
(Figuré) (Familier) Croire légèrement, sans examen.
C’est un homme qui gobe tout ce qu’on lui dit.
Gober quelqu’un, l’estimer, en faire cas, parfois au-dessus de ses mérites, En être dupe.
Se hausser du bec → voir hausse-bec.
Se gober, s’en faire accroire, s’exagérer son importance et ses mérites.

Source : wikipédia

Vocabulaire :Gober … – Erochic’ soup.