RSS
 

Archive for the ‘Education artistique, culturelle, pratique et sexuelle …’ Category

Les dix règles d’un Dominant

23 sept

Les dix règles d’un Dominant

  1. Soyez patient : Le BDSM n’est pas une course, améliorez vous tout en côtoyant les
    autres.  Ceci est beaucoup plus sage que de se lancer les yeux fermés.
    Jusqu’à vous entamez un contrat avec une autre soumise, vous avez aucun
    pouvoir sur la soumise et aucun pouvoir de plus qu’un autre Dominant.
    De plus, il faut apprendre à être aussi sévère que gentil.  Bref,
    étudiez les personnes et cherchez les points qui vous serviront à vous
    améliorer
  2. Soyez humble : L’important c’est de rester soi-même.  N’essayez pas de passer pour
    quelqu’un d’autre en vous vantant de pouvoir faire telle ou telle chose.
    Tôt ou tard votre vrai personne va faire surface et déception et perte
    de confiance s’en suivra.  On a tous des qualités et des défauts,
    l’important c’est de vouloir apprendre et doubler d’effort pour
    s’améliorer.  Avec le temps et de l’expérience, vous passerai pour celui
    que vous souhaiter être.
  3. Soyez ouvert : Même si vous êtes Dom, vous n’avez pas la science infuse.  Même une
    soumise peut vous apprendre des choses.  Soyez disposés à apprendre des
    autres Doms qui peuvent avoir une autre perspective de la votre.  Prenez et
    analysez chaque conseil qu’on vous donne et demandez vous si cela vous
    sera utile.  Finalement, faites des recherches et apprenez sur le
    sujet, on a jamais trop de connaissance.
  4. Communiquez :
    Parlez BDSM avec votre future soumise pour mettre tout au clair avant
    que vous commenciez à jouer.  Définissez clairement des rôles, des
    règles, des limites et des contrats.  Allez même faire un retour aux
    règles de bases.  En plus, en faisant connaissance, votre confiance
    avec l’autre augmentera et ça sera tout à votre avantage.
  5. Soyez honnête : Si vous voulez essayer quelque chose de nouveau avec une soumise et que vous
    êtes moins expérimentés qu’elle, soyez honnête avec elle et faites lui
    savoir.  Elle a le droit de savoir ça pour savoir dans quoi elle
    s’embarque.  N’essayez pas quelque chose avec laquelle vous n’êtes pas totalement à
    l’aise avec, car la sureté de votre soumise devrait toujours être le
    premier soucis.  Avec les mensonges on risque aussi de perdre la
    confiance qu’à notre soumise envers nous, donc vous avez tout à perdre à mentir.
  6. Soyez sensible : Gagnez la confiance complète de votre soumise et jamais violez ou même
    menacez cette confiance.  Sa soumission à vous est le plus beau cadeau
    qu’elle peut vous faire.  Alors prenez en bien soin.  Même si elle est
    soumise, elle est humaine.  Vous devez être compréhensif en certaine
    occasion.  L’expression une main de fer dans un gant de velours
    représente très bien comment vous devez agir avec votre soumise.  Il
    faut savoir détecter et rapidement les besoins de la soumise.
  7. Soyez réaliste : Sachez faire la différence entre l’imagination et la réalité.  C’est
    bien de pondre des projets, mais chaque projet doit avoir fait preuve
    d’analyse avant l’exécution.  Les 2 parties doivent être à l’aise avant
    l’exécution.  N’oubliez jamais la sécurité dans vos jeux.
  8. Soyez vraiment dominant : Les soumises recherchent quelqu’un qui prendra possession de leurs corps et de leurs esprit, pas seulement par la force et la brutalité. Prenez la soumise comme elle s’attend d’être prise et attendez-vous ainsi à ce qu’elle se donne totalement à vous. Veuillez à ce que les règles soient respectés et punissez au moment nécessaire.  Gardez votre soumise dans le droit chemin. Vous avez accepter le rôle de dominant, alors maintenez-le. Il faut aussi faire la différence entre une relation D/s et une relation amoureuse.
  9. Soyez en bonne santé : Le BDSM exige que ses participants soient en santé physique et
    psychologique.  Ne prenez jamais d’alcool ou drogue pendant une séance,
    vous devez être là à 100 % pour maintenir le tout sécuritaire.
  10. Ayez du plaisir : Amusez-vous à expérimentez le BDSM…. tout en respectant les règles et la sécurité.
 

esprit-erochic: Le terme libertin (du latin libertinus,…

08 déc



esprit-erochic:

Le terme libertin (du latin libertinus, « esclave qui vient d’être libéré », « affranchi ») comporte deux acceptions principales :

* dans sa version d’origine, le libertin est celui qui remet en cause les dogmes établis, c’est un libre penseur (ou libertin d’esprit) dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la métaphysique et de l’éthique religieuse ;
* le sens qui prévaut de nos jours se réfère au libertin de mœurs, c’est-à-dire celui qui s’adonne aux plaisirs charnels (voire à la sexualité de groupe) avec une liberté qui dépasse les limites de la morale conventionnelle et de la sensualité bourgeoise normale, mais aussi avec un certain raffinement cultivé.

Synonymes : coquin, débauché, dépravé, déréglé, dévergondé, dévoyé, dissolu, graveleux, grivois, impie, incroyant, libre, licencieux, roué, vicieux, viveur.

Comme vous pouvez le constater être libertin ce n’est pas forcement pratiquer l’échangisme et l’exhibitionnisme mais tout simplement faire ce qui nous fait envie, sans tenir compte des règles établies ou de la pression sociale. Cela peut aller des déguisements sexy, aux différents stades du BDSM, le plaisir anal pour elle et lui, et encore plein d’autres choses qui sont certes courantes sur le net et dans les vidéos porno de notre époque, mais restent marginales dans la plupart des couples d’aujourd’hui. Vous aurez aussi noté que la notion de finesse est présente dans cette définition du libertinage. En effet la courtoisie et le respect de l’autre sont primordiales, du savoir-vivre, du savoir-être et aussi du savoir-faire sont également de mise. Sachez que le vouvoiement à un pouvoir aphrodisiaque terrible ;-) .

(via Vocabulaire : libertin « Un monde érochic)

J’adore voir mes articles tourner ainsi sur le #4WE, de blog en blog, merci à tous …

 

Notre présence sur le 4WE : Wild Wide Wolrd Web Erochic.

13 juin

Nos blogs sur tumblr :

Le Boudoir Erochic De Mad’moiselle A./

Les Récits Erochic De Mad’moiselle A./

Mon’sieur F./

Wild Wide World Web Erochic/

Notre compte Twitter : Un Monde Erochic/

 

L’harmonie DS de Maître et Cally : Entrevue

13 juin
« Yes, I am a Cam Girl and I Have Self-Respect » tel est l’intitulé d’un article qui a aussitôt attiré mon attention et dont le contenu m’a interpellé, donc j’ai décidé de vous le faire partager.
Il s’agit d’un article paru dans le ThoughtsonLiberty (retrouvez l’article ici), une sorte de journal numérique prônant la tolérance en ce qui concerne le contenu de leurs articles et qui a donc recueilli anonymement le témoignage d’une ‘cam girl’ comme ils le disent si bien en anglais.
Absolument la totalité de ses propos m’ont plu, dans lesquels je me suis d’ailleurs retrouvée pour certains d’entre eux bien que je ne sois pas une cam girl. Le principe de base demeure inchangé; nous utilisons notre corps dans le but de gagner notre vie (ou bien celle de son Maître) en faisant fantasmer des hommes esseulés qui nous rémunèrent en contrepartie.
A commencer par l’introduction qui illustre parfaitement bien le dicton « L’habit ne fait pas le moine » :
« Imaginez une femme : une jeune étudiante, doublement diplômée, qui travaille en plus de ses études, et participe à plusieurs activités universitaires… Elle est déterminée et travaille très dur pour réussir.
Que penseriez-vous de cette femme ? Certainement qu’elle est respectable et qu’elle semble bien sous tous rapports, une femme plus que fréquentable.
Maintenant imaginez une autre femme qui exerce le métier de cam girl. Des inconnus la paient pour la voir en webcam. Parfois cette pratique l’oblige à échanger des propos sexuels avec ces mêmes inconnus.
Que penseriez-vous de cette personne ? Qu’elle devrait avoir honte et qu’elle n’a aucun respect pour elle-même de vendre son corps ?
Et si je vous dis que la première femme, l’étudiante, et la seconde, la cam girl sont en réalité une seule et unique femme ? C’est ma réalité. Je suis une étudiante qui a des buts et des rêves à atteindre, et je suis également une cam girl qui parlent avec des hommes qui me paient en retour. »
J’ai réellement aimé cette introduction qui reflète parfaitement la société d’aujourd’hui; il suffit de s’habiller correctement, de bien se comporter afin d’être étiqueté comme une « bonne personne » ou « quelqu’un de bien » alors que nous ne savons strictement rien de ce qu’il se passe une fois les portes closes. Tout le monde porte un masque, certains sont plus opaques que d’autres.
Dans son témoignage elle parle également de son activité, évidemment. Elle confie que certains hommes font appel à ses services simplement pour parler avec quelqu’un, avoir une interaction sociale. Sans qu’elle soit nue qui plus est. C’est ce qu’il m’est arrivé avec très peu de clients, à vrai dire ils se comptent sur les doigts d’une seule main parmi la centaine de clients que j’ai soulagés.
Ensuite elle continue en déclarant qu’elle n’a pas honte de faire ce qu’elle fait alors que la société devrait lui faire penser le contraire. C’est pour cette raison qu’elle s’est confiée anonymement au journal et qu’elle a choisi un pseudonyme afin d’exercer son métier sans craindre de voir débarquer un client, d’où l’instauration de limites à ne pas franchir pour sa propre sécurité. Bien sûr j’ai fait la même chose, mes clients ne connaissent que mon pseudonyme, rien d’autre ne doit filtrer.
Je ne veux pas vous dévoiler l’article en entier, je vous laisse le plaisir de découvrir la suite par vous-mêmes en espérant sincèrement vous avoir insufflé cette curiosité. Bonne lecture !

Lharmonie DS de Maître et Cally: Entrevue.

 

Female Mind Mastery

19 fév




 

La Saint-Valentin est la fête la plus tématique qui soit

03 fév

L’usage de la célébration du 14 février en l’honneur de tous les amoureux prend ses racines  dans les Lupercales de la Rome antique.

L’endroit où, selon la légende, la louve a allaité Romulus et Rémus, futurs fondateurs de Rome, était sacré. Les Lupercales (du latin « lupa » – une louve) sont des fêtes annuelles célébrées à Rome par les luperques du 13 au 15 février, pendant lesquelles on sacrifie des animaux, surtout des boucs. La peau des animaux était coupée en pagnes. Les jeunes hommes prenaient ces pagnes et allaient dans la ville pour fesser les femmes.  Les héros principaux des Lupercales étaient notamment ces jeunes hommes avec des pagnes en cuir de bouc à la main, qui allaient nus dans les rues de Rome et fessaient les jeunes filles et les femmes qu’ils rencontraient. Les femmes sortaient dans les rues par exprès et s’exposaient volontairement à la fessée, puisqu’elles croyaient que la fessée les rendrait fécondes et faciliterait les couches.

Il est à noter qu’en ce temps-là, la mortalité infantile était élevée. En 276 avant J.-C. la population de Rome a failli s’éteindre en résultat du taux élevé de  mort-nés et de fausses couches. L’oracle a annoncé que le rite de la punition corporelle (de la fessée) des femmes à l’aide du cuir sacrifié allait augmenter le taux natalité. On croyait que les gens qui avaient peu d’enfants ou n’en avaient pas du tout étaient maudits et accouraient à des rites mythiques pour retrouver leur capacité à la procréation.

La fessée des femmes est devenue très populaire à Rome, même les membres des familles nobles y prenaient part. Les notices disent que même Marc Antoine y prenait part. A la fin de la fête, les femmes se déshabillaient complètement.

Les fêtes des Lupercales se terminaient par une loterie. Les filles-adolescentes écrivaient leurs prénoms sur des feuilles de papier et les mettaient dans une grande urne, après les hommes les en retiraient. La fille dont le prénom était écrit sur la feuille retirée de l’urne devenait le partenaire sexuel de cet homme pour toute l’année suivante. De la sorte, les fêtes étaient associées à l’amour libre et au sexe.

En 494, le pape Gélase Ier interdit cette fête païenne. Il choisit la saint Valentin comme saint patron des fiancés et des amoureux et il décrèta que cette date (le 14 février) lui serait consacrée. Les fêtes des Lupercales ont disparu, néanmoins les fêtes des Lupercales et le jour de la Saint-Valentin ont beaucoup en commun.

La Saint-Valentin est la fête la plus tématique qui soit.

 

L’éjaculation féminine …

13 jan