RSS
 

Archive for juin, 2013

Notre présence sur le 4WE : Wild Wide Wolrd Web Erochic.

13 juin

Nos blogs sur tumblr :

Le Boudoir Erochic De Mad’moiselle A./

Les Récits Erochic De Mad’moiselle A./

Mon’sieur F./

Wild Wide World Web Erochic/

Notre compte Twitter : Un Monde Erochic/

 

L’harmonie DS de Maître et Cally : Entrevue

13 juin
« Yes, I am a Cam Girl and I Have Self-Respect » tel est l’intitulé d’un article qui a aussitôt attiré mon attention et dont le contenu m’a interpellé, donc j’ai décidé de vous le faire partager.
Il s’agit d’un article paru dans le ThoughtsonLiberty (retrouvez l’article ici), une sorte de journal numérique prônant la tolérance en ce qui concerne le contenu de leurs articles et qui a donc recueilli anonymement le témoignage d’une ‘cam girl’ comme ils le disent si bien en anglais.
Absolument la totalité de ses propos m’ont plu, dans lesquels je me suis d’ailleurs retrouvée pour certains d’entre eux bien que je ne sois pas une cam girl. Le principe de base demeure inchangé; nous utilisons notre corps dans le but de gagner notre vie (ou bien celle de son Maître) en faisant fantasmer des hommes esseulés qui nous rémunèrent en contrepartie.
A commencer par l’introduction qui illustre parfaitement bien le dicton « L’habit ne fait pas le moine » :
« Imaginez une femme : une jeune étudiante, doublement diplômée, qui travaille en plus de ses études, et participe à plusieurs activités universitaires… Elle est déterminée et travaille très dur pour réussir.
Que penseriez-vous de cette femme ? Certainement qu’elle est respectable et qu’elle semble bien sous tous rapports, une femme plus que fréquentable.
Maintenant imaginez une autre femme qui exerce le métier de cam girl. Des inconnus la paient pour la voir en webcam. Parfois cette pratique l’oblige à échanger des propos sexuels avec ces mêmes inconnus.
Que penseriez-vous de cette personne ? Qu’elle devrait avoir honte et qu’elle n’a aucun respect pour elle-même de vendre son corps ?
Et si je vous dis que la première femme, l’étudiante, et la seconde, la cam girl sont en réalité une seule et unique femme ? C’est ma réalité. Je suis une étudiante qui a des buts et des rêves à atteindre, et je suis également une cam girl qui parlent avec des hommes qui me paient en retour. »
J’ai réellement aimé cette introduction qui reflète parfaitement la société d’aujourd’hui; il suffit de s’habiller correctement, de bien se comporter afin d’être étiqueté comme une « bonne personne » ou « quelqu’un de bien » alors que nous ne savons strictement rien de ce qu’il se passe une fois les portes closes. Tout le monde porte un masque, certains sont plus opaques que d’autres.
Dans son témoignage elle parle également de son activité, évidemment. Elle confie que certains hommes font appel à ses services simplement pour parler avec quelqu’un, avoir une interaction sociale. Sans qu’elle soit nue qui plus est. C’est ce qu’il m’est arrivé avec très peu de clients, à vrai dire ils se comptent sur les doigts d’une seule main parmi la centaine de clients que j’ai soulagés.
Ensuite elle continue en déclarant qu’elle n’a pas honte de faire ce qu’elle fait alors que la société devrait lui faire penser le contraire. C’est pour cette raison qu’elle s’est confiée anonymement au journal et qu’elle a choisi un pseudonyme afin d’exercer son métier sans craindre de voir débarquer un client, d’où l’instauration de limites à ne pas franchir pour sa propre sécurité. Bien sûr j’ai fait la même chose, mes clients ne connaissent que mon pseudonyme, rien d’autre ne doit filtrer.
Je ne veux pas vous dévoiler l’article en entier, je vous laisse le plaisir de découvrir la suite par vous-mêmes en espérant sincèrement vous avoir insufflé cette curiosité. Bonne lecture !

Lharmonie DS de Maître et Cally: Entrevue.

 

Comment le regard des hommes trahit leurs motivations sexuelles

09 juin

SEXUALITÉ – La plupart des hommes ont déjà dû l’affronter au moins une fois dans leur vie. La sempiternelle question émanant du sexe opposé : « Qu’est-ce-que tu regardes en premier chez une femme ? » Si les plus sûrs d’entre eux avouent s’arrêter en premier sur la poitrine ou le fessier de ces dames, les moins assurés évoqueront plutôt les mains et les yeux histoire de ne pas endosser la posture du parfait pervers sexuel.

Oui, le regard d’un homme parcourant le corps d’une femme peut en dire beaucoup sur ses motivations libidineuses. Tel est en tout cas le résultat d’une étude, menée par un groupe de chercheurs américains, dont les premiers résultats ont été publié sur le site internet de la revue scientifique LiveScience ainsi que par l’édition américaine du Huffington Post

Le regard des hommes refléterait donc leurs intentions sexuelles sous-jacentes. À l’inverse, celui des femmes ne semble pas exprimer leurs pulsions sexuelles dans les mêmes proportions. Du moins, dans une moindre mesure et pas aussi clairement.

« Le mouvement des yeux est spontané et donc très difficile à contrôler. Aussi nous avons pensé que peut-être pourrions-nous utiliser l’oculométrie comme un marqueur fiable pour suivre et mesurer la motivation sexuelle chez un homme, » explique Kun Guo, un psychologue de l’Université de Lincoln au Royaume-Uni et membre de l’ équipe qui a mené l’étude, à LiveScience.

Regard lubrique

Pour tester cette idée, les chercheurs ont monté une expérience. Ils ont montré à trente jeunes hommes et jeunes femmes, âgés de 18 à 25 ans, des photos d’enfants, de jeunes adultes, de trentenaires et de quadragénaires. Ils ont demandé aux participants de simplement regarder les images tandis qu’un dispositif de suivi du regard notait le mouvement de leurs yeux. Ils ont ensuite rempli des questionnaires sur leur comportement et leurs habitudes sexuelles pour que les chercheurs puissent évaluer leur appétit sexuel.

En comparant les réponses au questionnaire avec les données récoltées sur les mouvements des yeux des cobayes, les chercheurs ont constaté que les hommes qui se sont révélés les plus sexuellement compulsifs s’attardaient davantage que les autres sur la poitrine et les hanches des jeunes femmes. Mais aussi que leur intérêt pour ces parties du corps déclinait à mesure que l’âge des femmes observées augmentait. En d’autres termes, leur regard se détend et est moins guidé par des pulsions sexuelles lorsqu’ils reluquent des femmes qui s’éloignent de leur gamme d’âge.

Du côté des femmes, les résultats ne dessinent pas les contours de tendances aussi marquées. Les chercheurs ont ainsi remarqué que les femmes les plus portées sur la chose lorgnaient davantage sur le corps de leurs semblables, avec un intérêt plus prononcé pour ceux des femmes se rapprochant de leur âge. Il se pourrait donc bien que plus une femme est portée sur la chose et plus elle compare son corps avec celui des autres, ont écrit les chercheurs dans le Journal of Sex Research en ligne le 13 novembre dernier.

Comment le regard des hommes trahit leurs motivations sexuelles.

 
No Comments

Posted in Erochic

 

Bisous du bout des lèvres …

05 juin

See on Scoop.itErochic


Un monde érochic‘s insight:

Bisous du bout des lèvres … 

 
No Comments

Posted in Erochic

 

Un peu de lecture pendant la pause café : Le…

05 juin

See on Scoop.itErochic


Un peu de lecture pendant la pause café : Le journal Erochic … (RT @UnMondeErochic: Photo : Un peu de lecture pendant la pause café : Le journal Erochic … http://t.co/eWEneOQQEM)…


See on www.tumblr.erochic.fr

 
No Comments

Posted in Erochic

 

mamzellenubiana: Alors vivement que nos rêves…

05 juin

See on Scoop.itErochic


mamzellenubiana: “ Alors vivement que nos rêves deviennent réalité ma très chère Mademoiselle A… ” J’adore ….


See on www.tumblr.erochic.fr

 
No Comments

Posted in Erochic

 

La vraie douleur n’est pas celle qui se crie et se…

05 juin

See on Scoop.itErochic


“La vraie douleur n’est pas celle qui se crie et se partage, c’est celle qui te carbonise de l’intérieur et te détruit à petites flammes” – La Gioconda (via lesouriredelagioconda) (« La vraie douleur n’est pas celle qui se crie et se partage,…


See on www.tumblr.erochic.fr

 
No Comments

Posted in Erochic