RSS
 

Archive for novembre, 2010

Wild World Web Wide S46 2010 …

22 nov

Résumé des photos postées ou glanées sur la « toile » …



 

Technique : le massage érotique …

15 nov

Le massage est une excellente pratique à utiliser en couple. C’est un très bon moyen pour se rapprocher, pour se détendre et cela peut devenir très érotique, en voici un exemple.


LA POSITION :

La femme se place allongée sur le lit en plaçant si nécessaire un coussin sous sa tête de façon que son cou soit parfaitement détendu.
L’homme quant à lui se place, dans un premier temps, assis à ses cotés pour pouvoir confortablement masser sa partenaire.

COMMENT MASSER ?

Quand on parle de massage on pense souvent à une action assez ferme des mains. Pour ce massage vous exercerez des pressions légères (à peine plus appuyées que des caresses) avec le bout des doigts ou la paume des mains.


1ère phase : LA DÉTENTE

Pour la femme :

Pendant les premiers massages de votre compagnon, vous devez chercher à détendre totalement votre corps et votre esprit.

Commencez par respirer lentement par le ventre en expirant profondément.

Pour détendre le corps il suffit de penser tour à tour à chacun de vos muscles et à les relâcher. Commencez par le visage (mâchoire, front, paupières…). Continuez par le cou et la nuque puis passez en revue chaque partie de votre corps (bras, mains, jambes, muscles abdominaux, muscles fessiers…).

Cet exercice de détente musculaire devrait déjà libérer votre esprit. Abandonnez-vous maintenant aux sensations que vous procurent les massages et caresses de votre compagnon.

Pour l’homme :

Vous devez de la même façon chercher à vous détendre, respiration par le ventre et détente musculaire. Détendez aussi votre esprit en vous concentrant sur les sensations très agréables que procurent vos caresses (attention de ne pas vous exciter).


LE DÉBUT DU MASSAGE

Cette première phase consiste à apporter apaisement vous allez donc éviter de masser toutes les zones trop érogènes du corps.

Commencez par caresser les cheveux de votre compagne, puis son visage, les joues, le front, les paupières, (éviter les lèvres).

Masser ensuite le cou, les épaules et le haut du torse (sans caresser les seins).

Poursuivez par les bras et les mains puis par l’extérieur des cuisses, les jambes et les pieds (pas l’intérieur des cuisses qui est une partie très sensible et très érogène).

Vous pouvez également caresser le ventre de votre partenaire sans trop insister.

Poursuivez les massages caressants jusqu’à ce que vous soyez tous les deux détendus.


2ème phase : L’EXCITATION

Pour l’homme :

Après cette phase de détente vous allez progressivement masser votre partenaire afin de l’amener à un niveau d’excitation suffisant pour la suite.

Pour cela vous allez privilégier les massages et les caresses de parties du corps plus érogènes : Massez tour à tour l’intérieur des cuisses, le ventre (du nombril au pubis) et bien entendu sa poitrine. Continuez aussi de masser le reste du corps.


MASSAGE EXTERNE DU SEXE

Lorsque votre compagne sera suffisamment excitée, placez vous comme le montre l’image ci-contre.

Plaquez votre pénis en érection contre son sexe et massez le clitoris et les lèvres par des mouvements de va-et-vient ou par des mouvements de rotation.

N’appuyez pas trop fort, les massages doivent être délicats.

Bien entendu il faut continuer de masser les seins et le corps de votre compagne.

Évitez de masser avec le gland mais utilisez plutôt la hampe de votre sexe sinon vous aurez plus de mal à vous contenir.

Vous pouvez prolonger la stimulation jusqu’à l’orgasme de votre compagne. Si tel est le cas, il est préférable alors de cesser les massages du clitoris qui devient généralement très sensible.

Si votre partenaire atteint l’orgasme, faites pendant quelques instants un massage plus apaisant en évitant les zones érogènes afin de relaxer votre partenaire. Profiter également de cet instant pour, vous-même, vous détendre car vous serez sans doute très excité et la suite du massage risque d’être, de ce fait, écourté.

variante :

L’homme peut garder son sexe immobile et c’est la femme qui, par des mouvements du bassin, masse son sexe ce qui peut lui permettre de se masturber plus efficacement.


MASSAGE INTERNE DU SEXE

Après que vous soyez, tous les deux, plus détendus, vous allez pouvoir passer au massage du vagin et du point G.

Toujours dans la même position, Introduisez que le gland de votre sexe et massez l’entrée du vagin de votre partenaire par de petits mouvements de va-et-vient lents et par des mouvements de rotation.

Introduisez ensuite votre verge de 5 à 6 cm afin d’atteindre le point G et stimulez cette zone par des mouvements de va-et-vient lents en massant alternativement l’avant du vagin et les cotés, massez également cette zone par des mouvements de rotation afin de stimuler latéralement le point G.

Continuez ces mouvements en prenant une des positions suivantes qui favorisent un resserrement du pénis et une meilleure stimulation du point G. Vous pouvez évidemment alterner entre les différentes positions afin de modifier les sensations.

Stimulez ensuite votre compagne en profondeur par des mouvements de va-et-vient lent allant de l’entrée au fond du vagin. Comme précédemment stimulez l’avant et les cotés du vagin.

Vous pouvez en final adopter la position suivante qui permet une pénétration profonde et donne de très bonnes sensations aux deux partenaires.

Lorsque que vous sentirez les signes avant-coureurs de l’arrivée de la jouissance de votre compagne vous vous libérerez alors pour tenter d’atteindre simultanément le plaisir.


APRÈS L’ORGASME

Le repos

Pour faire redescendre vos corps et vos esprits de ce moment d’excitation intense n’agissez pas brutalement en mettant fin subitement à votre union.

Faites reprendre à votre partenaire la première position qui est plus confortable.

Profitez des quelques instants après l’éjaculation où votre sexe possède encore de la vigueur pour stimuler quelques instant encore votre compagne par des mouvements lents et moins profonds. Caressez à nouveau délicatement son corps.

L’union des corps

Allongez-vous maintenant délicatement sur votre partenaire de façon à obtenir un contact corporel maximum, joue contre joue, mains dans les mains pour une étreinte apaisante. Un baiser plein de tendresse est également un bon épilogue.

Source : education.sexuelle.free.fr



 

Wild World Web Wide S45 2010 …

15 nov

Résumé des photos postées ou glanées sur la « toile » …



 

Exercice de Kegel et Boules de Geïsha …

11 nov

Un exercice de Kegel, ainsi nommé d’après le Dr Arnold Kegel, est un exercice destiné à renforcer le périnée. Ces exercices, créés vers 1940, consistent en des contractions et décontractions alternées des muscles qui forment le plancher pelvien (pour cette raison parfois appelés les « muscles de Kegel »).

Cette pratique est utile à la fois pour les femmes qui souhaitent atteindre l’orgasme ou tout du moins ressentir plus de plaisir, pour celles qui après un accouchement ont vu leur périnée se détendre ou en cas de fuites urinaires.
Pour renforcer ce muscle il faut le contracter plusieurs fois par jour d’où l’utilité des boules de geisha.

Les boules de geïsha conviendront à toutes les femmes désireuses de sensations vaginales. On peut les porter plusieurs heures sans aucune gène, et obtenir ainsi une excitation profonde et intense.
L’usage régulier des boules de geïsha est également recommandées pour favoriser la rééducation du périnée après un accouchement.

Ces boules se nomment ainsi puisqu’elles étaient un accessoire des Geishas, ces japonaises dont le rôle était de divertir les hommes de la haute société en leur procurant du plaisir par les arts (la musique, la danse…..) mais aussi par la sexualité. Le rapport sexuel n’était pas systématique mais lorsqu’il avait lieu, les Geishas se devaient de satisfaire au mieux les hommes et les boules de Geisha leur permettait de contrôler leur vagin ce qui procurait plus de plaisir aux hommes lors de la pénétration.

Les boules de geisha se reprensentent sous la forme de deux boules, de nos jours souvent en silicone hypoallergénique, reliées l’une à l’autre par une ficelle, parfois également recouverte de silicone (ce qui est le cas pour les smartballs de Fun Factory par exemple) et qui contiennent chacune une bille de métal. Elles s’insèrent dans le vagin, comme un tampon (en position accroupie pour une meilleure mise en place). Une petite quantité de lubrifiant peut vous aider à insérer les boules de geisha plus facilement. et à chaque mouvement la bille intérieure butte dans la paroi de la boule extérieure ce qui provoque une vibration et ainsi une sensation de plaisir.

Utiliser les boules de geisha sur quelques semaines, quelques heures par jour, au moment où vous êtes actives. Lorsque vous faîtes vos courses, le ménage, le shopping, la cuisine… toutes les occasions où votre bassin bouge sont bonnes pour les insérer.

Très naturellement, votre sexe va faire le travail seul et il va se contracter naturellement autour. A force de contraction, les muscles du périnée travaillent sans douleur.
Vous pourrez constater après cette utilisation de quelques jours ou quelques semaines que votre sexe sera plus tonique et votre partenaire sera ravi de sentir votre vagin “compresser” son sexe au cours de votre prochain rapport sexuel. (NB : L’utilisation est conseillée seulement 3 mois après l’arrivée de bébé).

L’utilisation de ces boules avant l’acte sexuel décuple les sensations. D’autre part, les femmes qui sont habituées à utiliser des boules de geisha finissent par être capables de controler leurs muscles vaginaux ce qui leur permet d’éprouver de plus intenses sensations lors de la pénétration.

Lors de relation anale, il est excitant de les conserver car bien que votre partenaire vous fasse l’amour par derrière, les sensations vaginales seront aussi fortement agréables, l’effet peut sembler identique à une double pénétration. Votre sexe sera stimulé naturellement et serra les boules de geisha. Ce qui sera très agréable pour vous…



 

Vocabulaire : Maîtresse …

10 nov

Maîtresse :
adjectif féminin singulier

1 essentielle, principale, primordiale

nom
2 (vieilli) favorite (vieilli) concubine (vieilli) amante, amoureuse (vieilli) liaison, dulcinée, copine, compagne
[antonyme] séparation
3 tenancière, commandante, décideuse, patronne, employeuse, supérieure, dirigeante, directrice, négrière, reine
[antonyme] employée
4 maître, institutrice, éducatrice, enseignante, initiatrice, préceptrice, professeur, pédagogue, précepteur
[antonyme] disciple, élève

Sous-maîtresse : nom masculin singulier (vieilli) maquerelle (vieilli) entremetteuse



 

La petite histoire du sex-toy : vibromasseur, dildo, godemiché, olisbos…

10 nov

Olisbos, dildo, gode, godemiché, godemichet, bainfaiteur, consolateur, parapilla…Tous ces noms pour le même objet. On en trouve de tout temps et de toutes matières, cuir, bois, métal ivoire, ébonite, bakélite, latex…Les cultes anciens vénéraient des olisbos dont les femmes, prêtresse ou fidèle, se servaient lors de cérémonies. Les Grecques appréciaient particulièrement les olibos fabriqués à Milet, en Asie Mineure. Ces ustensiles étaient taillés dans le bois, gainés de cuir, ou encore de cuir rembourré de laine. Le cuir avant usage était oint et frotté d’huile d’olive afin de présenter une surface adoucie.

Chronologie d’une découverte :

XVIe siècle
Mateo Renaldo Columbus (1516-1559), Professeur d’anatomie à l’université de Padoue, est le premier à vérifier scientifiquement l’existence de l’orgasme féminin.
Il décrit un petit organe érectile situé au niveau de la vulve, auquel il donne le nom de clitoris, nom qui vient du grec « kleitoris » et signifie « monticule ».

XVIIe siècle
Apparition en Occident des marchands de godemiché. Il était possible de se faire confectionner des modèles sur mesure par des artisans spécialisés.

XIXe siècle
Le massage clitoridien, ou thérapie par l’orgasme, est utilisé comme traitement de l’hystérie.
La morale ne fait pas d’obstacle à ce traitement puisqu’à l’époque, la jouissance clitoridienne n’est pas reconnue à la femme.
Au dire des médecins, il faut compter 1 heure pour amener une patiente au paroxysme, temps trop important pour les thérapeutes.

1869
Le tout premier vibrateur apparaît. Inventé par George Taylor, c’est un appareil à vapeur assez encombrant.
Un vibrateur manuel mécanisé, beaucoup plus commode, fait également son apparition : Une manivelle fait tourner un disque légèrement décentré, ce qui permet la production de vibrations sur une tige caoutchoutée.

1880
Toujours dans une perspective de traitement en masse de l’hystérie, le médecin britannique Joseph Mortimer Granville (1833-1900) fait breveter le premier vibrateur électromécanique, permettant de traiter six patientes à l’heure au lieu d’une seule.

1900
Une collection de vibromasseurs électriques ou à essence seront exposés à Paris lors de l’Exposition Universelle.

Les publicités vantent un usage de plus en plus privé du vibrateur. L’usage devient hygiénique : Aux USA, on conseille au mari d’acheter cet appareil à sa femme pour la bonne marche du foyer, pour la relaxation de l’épouse… À l’instar du grille-pain, le vibrateur électrique pénètre alors tous les foyers, pour devenir l’un des 5 objets domestiques les plus courants.

1905
Le vibromasseur devient plus petit et portatif, il fait son entrée dans les foyers. On peut même trouver de la publicité dans des magazines féminins comme Modern Woman, dans Needlecraft (un magazine sur l’art de tricoter)

1918
Le fameux catalogue de vente par correspondance de l’entreprise Sears Roebuck, laquelle existe encore de nos jours, intègre un vibrateur.

1920
L’existence de la sexualité féminine ne fait plus de doute. La morale collective réprouve alors tout appareil ou comportement permettant de la stimuler.
Le vibromasseur disparaît des cabinets médicaux et des catalogues. Il devient clandestin.

1962
Helen Gurley Brown (1922-), rédactrice en chef du magazine Cosmopolitan en 1965, fit scandale avec son best-seller « Sex and the Single Girl », ou « le sexe et la femme célibataire ». Elle décrit dans ce livre que l’on peut toujours se procurer aujourd’hui, comment flirter et trouver des hommes.

1987
L’American Psychiatric Association (APA) élimine la nymphomanie de sa liste des troubles mentaux reconnus, ainsi que son équivalent masculin, le donjuanisme.

1998
Helen O’Connell, une chirurgienne urologue australienne (Royal Melbourne Hospital), démontre que le clitoris, loin d’être un simple organe érectile, possède des ramifications profondes en prise avec le vagin, ce qui remet en question la traditionnelle classification des femmes « vaginales » et « clitoridiennes ».

Actuellement
Une majorité des femmes reconnaît aujourd’hui s’adonner aux joies des plaisirs solitaires. Une petite partie seulement utilise des objets. Le recours aux objets est beaucoup plus important en Europe du Nord (Suède, Norvège, Finlande, Pays-Bas et même Allemagne), et aux Etats-Unis, que dans les pays latins confirme Marie-Hélène Colson, sexologue.
Ce n’est pourtant pas faute d’en trouver puisqu’ils sont disponibles aisément, aussi bien en sex-shop qu’en vente par correspondance (dans les pages hygiène et beauté), sur Internet… et même via un médecin sexologue puisque certains vibromasseurs sont médicaux (et fabriqués par des laboratoires médicaux).



 

Wild World Web Wide S44 2010 …

08 nov

Résumé des photos postées ou glanées sur la « toile » …